Ingénierie informatique sur le blog de Consept - Assembleur de talents

Ingénierie informatique

Qu’est-ce que HTML ?

Qu’est-ce que HTML ?

 

Les collaborateurs de Consept Informatique ont des expertises bien différentes. Mais, il y a une expertise qui est commune à tous les développeurs web de notre réseau : le langage HTML. HTML est un langage vraiment simple, composé d’éléments applicables à des fragments de texte dans un document pour leur donner un sens différent. Mais alors, qu’est-ce que HTML ? 

 

HTML (HyperText Markup Language) est un langage côté client qui permet de composer des pages web. On parle d’un langage de balisage et non d’un langage de programmation, car le but du HTML est d’encadrer les différents éléments présents sur une page (images, titres, paragraphes …) par des balises pour leur permettre d’être mis en forme par la suite.

 

Les pages web sont donc composées d’un texte brut, parfaitement lisible avec le moindre éditeur de texte, dans lequel on retrouvera les balises. Ces balises fonctionnent le plus souvent par paires, car, comme dit précédemment, elles servent à encadrer un élément. Il existe donc une balise ouvrante pour signifier le début d’un élément et une balise fermante pour en signifier la fin. Ces balises permettent donc de représenter la structure d’une page.

 

Au début du HTML, les balises servaient à définir la structure d’une page web mais aussi à définir la présentation visuelle de celle-ci. Au fil du temps, il est apparu qu’il était extrêmement pertinent de séparer le contenu et l’apparence. Cela prend tout son sens quand on visite la même page web sur différents dispositifs : c’est le même contenu mais l’apparence graphique peut radicalement changer pour adapter l’aspect de la page à son outil de visualisation.

 

Le HTML s’est donc vu progressivement épuré de tout élément lié au style mais il a par contre très largement gagné en éléments sémantiques. Ces éléments (ou balises) ont permis d’augmenter et de préciser le sens à donner à chaque élément contenu dans la page. Le langage HTML est donc capable d’identifier un élément principal et un élément secondaire.

 

Quelques avantages et inconvénients ?

 

Avantages

 

  • HTML est indépendant de toute marque, conçu par des usagers pour des usagers.

 

  • Une page en HTML peut être lue par des ordinateurs de différentes marques pour obtenir essentiellement le même résultat.

 

  • La structure distribuée d’HTML permet de changer un élément sans rien changer à la page où il s’intègre. 

 

Inconvénients

 

  • La structure distribuée d’HTML rend difficile le stockage; on risque de perdre ou d’oublier un élément lié sans s’en rendre compte.

 

  • Le stockage d’une page représente en général plusieurs fichiers.

 

  • Les possibilités de mise en forme sont limitées et parfois complexes à mettre en oeuvre.

 

À ce stade, il convient de commencer à explorer les bases du langage CSS. CSS est le langage utilisé pour composer les pages web en matière de design et de mise en page. HTML et CSS vont très bien ensemble, ces deux langages se complètent au niveau du fond et de la forme. Le prochain article devrait donc introduire les bases du langage CSS.

 

Article publié le 21/09/2018.

Quelles sont les différentes technologies du web ?

Quelles sont les différentes technologies du Web ?

 

Technologies du web

Le web a été créé en 1990 comme une application de partage d’informations. Le Web est ensuite devenu une plateforme à part entière sur laquelle sont développées régulièrement des nouvelles technologies. Les bases de ces technologies sont le protocole de transfert HTTP et le format de document HTML.

 

Qu’est-ce que le langage HTML ? Il s’agit du langage de structuration des pages web. Avant, le HTML servait à définir la structure des pages et leur présentation visuelle. Aujourd’hui, ces deux aspects sont bien distincts et le HTML est destiné uniquement à représenter la structure d’une page : titres, sous-titres, paragraphes, images ou liens. C’est la base d’une page web. Parfois, il s’agit du seul langage considéré et utilisé par les logiciels qui visitent la page, comme les moteurs de recherche.

 

CSS : Le langage de présentation des pages web

Le langage CSS permet de modifier la présentation des éléments de structuration HTML : couleur, taille, police de caractères mais aussi position sur la page, largeur et hauteur. En gros, il s’agit de tout ce qui touche à la mise en page d’un document HTML. Ainsi, un même document HTML pourra changer d’apparence sans changer de structure, grâce à la modification des règles CSS qui lui sont appliquées. 

 

JavaScript : Le langage de programmation côté client

Le JavaScript est un langage qui est lu et exécuté par un navigateur et qui permet de créer des réactions en réponse à des événements sur la page ou à des actions de l’utilisateur. Il peut s’agir, par exemple, d’un compteur qui défile ou de l’apparition renouvelée d’actualités. Auparavant, le langage JavaScript était souvent intégré au code HTML, mais là encore, on préconise la séparation des deux langages pour des raisons d’organisation du code, mais aussi d’accessibilité du site.

 

PHP : Le langage de programmation côté serveur

Le PHP est un langage qui est lu et exécuté sur le serveur où se trouve la page HTML, avant que cette page ne soit envoyée au navigateur qui en demande l’affichage. Par exemple, lorsque l’on rempli un formulaire et que l’on clique sur le bouton de confirmation, le serveur reçoit les données envoyées par le navigateur, le code PHP traite ces données et écrit le HTML de la nouvelle page web que le serveur web renvoie ensuite au navigateur. Le code HTML d’une page peut ainsi être entièrement écrit à l’aide d’un code PHP, ou bien le code PHP peut être inséré à un endroit précis d’une page, pour compléter le code HTML, CSS ou JavaScript. On qualifie de dynamiques les pages écrites par PHP car il s’agit d’un langage de programmation qui modifie ou complète le code HTML statique de la page.

 

MySQL : Le système de bases de données

MySQL est un système de base de données, souvent couplé au langage PHP. Ce système utilise le langage SQL (Structured Query Language) pour interroger, alimenter ou mettre à jour les bases de données. Ainsi, dans le cas d’un site web, le langage PHP va établir la connexion à la base de données, puis envoyer le code SQL nécessaire aux opérations sur la base de données. En retour, MySQL va renvoyer des données ou des informations, qui seront traitées par le code PHP. Il existe de nombreux autres systèmes de base de données.

 

Les technologies du web permettent aujourd’hui de créer des applications informatiques qui n’auraient pas été possibles autrefois. Il existe bien d’autres technologies du web que les collaborateurs de Consept Informatique maîtrisent tout autant. Les technologies présentées ici sont les plus connues. Ces différentes technologies du web seront détaillées prochainement dans des articles à part entière.

 

Article publié le 24/08/2018.

Le Big Data, c’est quoi ?

Le Big Data, c’est quoi ?

 

Big Data

Cela fait déjà quelques années que les collaborateurs de la sphère « systèmes d’informations » collaborent de près ou de loin à des projets liés au Big Data. Avec le développement des possibilités, entre les objets connectés et l’Internet des objets (IoT), la sphère « systèmes industriels » passe aussi au Big Data. Mais, qu’est-ce que le Big Data ?

 

Le Big Data désigne un ensemble très volumineux de données qu’aucun outil classique de gestion de bases de données ou de gestion de l’information ne peut vraiment travailler. Ce sont des informations qui proviennent de partout. 

 

Ce phénomène se caractérise surtout par son objectif dont l’ambition est de tirer un avantage économique de l’analyse quantitative des données disponibles pour une entité. Inventé par les géants du web tels que Facebook et Google, le Big Data se présente comme une solution dessinée pour permettre à tout le monde d’accéder en temps réel à des bases de données géantes. Il vise à proposer un choix aux solutions classiques de bases de données et d’analyse.

 

Ce concept regroupe une famille d’outils qui répondent à une problématique générale. Il s’agit notamment des 7 V pour Volume, Vitesse, Variété, Véracité, Variabilité, Visualisation et Valeur. Pour donner un ordre de grandeur, un giga n’est rien face au Big Data.

 

Pour une entreprise, les données peuvent venir, en interne, de la CRM, de l’ERP ou du PLM et, en externe, de l’open data. Un certain nombre de données sont disponibles grâce à l’IGN (Institut national de l’information géographique et forestière) ou encore grâce à l’INSEE. Ces données sont accessibles sur data.gouv.fr ou sur data-publica.com.

 

Un des intérêts majeurs du Big Data est l’impact qu’il a eu sur l’organisation de la production et sur la culture projet.

 

Auparavant, les cultures étaient souvent architecturées selon un mode où chaque système était en silo par rapport à son niveau de service opérationnel mais aussi par rapport aux métiers : le commerce avait une gestion de la relation client, la comptabilité avait son espace, ses études. Chaque espace était cloisonné. D’autre part, chaque application avait ses propres ressources en termes de serveurs. Lorsqu’un système nécessitait d’évoluer afin de passer à la taille supérieure, un certain nombre d’études de montée en charge étaient réalisées au préalable.

 

Le Big Data n’est pas organisé comme tel. Il se base sur des groupements de serveurs où toute la data et tous les moyens de calculs sont disponibles au plus grand nombre : le fait de casser les silos et d’être en architecture distribuée sont des fondamentaux de la Big Data.

 

En parallèle, l’impact sur les organisations est aussi une révolution car les structures les plus traditionnelles peuvent évoluer. Le DSI (Directeur des Systèmes d’Information) devient force de proposition en devenant un CTO (Directeur de la technologie) intégrant la R&D et les statistiques, les métiers ne gardant que leur BI (Informatique décisionnelle).

 

Pour mener à bien un projet de Big Data, une équipe doit être composée des talents suivants : un data scientist (spécialisé en mathématiques et surtout en statistiques), un data engineer (spécialisé en database et en développements), un data analyste (expert dans son domaine métier) et un data manager (pouvant comprendre et organiser le projet tout en gérant les interactions avec le hors projet).

 

NoSql, NewSql ou encore Hadoop seront des suites à cette introduction sur le Big Data.

 

Article publié le 06/08/2018.

Java, c’est quoi ?

Java, c’est quoi ?

 

Les collaborateurs de Consept Informatique ont des expertises bien différentes. Mais, il y a une expertise qui est commune à tous les développeurs web de notre réseau : la technologie Java. Qu’est-ce que la technologie Java ? Et, qu’est-ce qui la rend indispensable ?

 

Java

Java est un langage de programmation qui a été créé en 1995 par James Gosling et Patrick Naughton, deux employés de Sun Microsystems. Auparavant, il était édité par Sun Microsystems et, depuis 2009, il est édité par la société Oracle. C’est un langage informatique qui s’inspire du langage C. La dernière version date de mars 2018.

 

Si l’on se réfère à la définition donnée par le site web de cette technologie, il s’agit d’ « un langage de programmation et une plate-forme informatique. Beaucoup d’applications et de sites web ne fonctionnent pas si Java n’est pas installé et leur nombre ne cesse de croître chaque jour. Des ordinateurs portables aux centres de données, des consoles de jeux aux ordinateurs scientifiques, des téléphones portables à Internet, la technologie Java est présente sur tous les fronts ! ». A en croire cette définition, Java est partout et on ne peut pas passer à côté de cette technologie.

 

Pour résumer, Java est un programme complémentaire sur notre ordinateur. Il ne faut surtout pas confondre Java et JavaScript, qui sont deux langages bien différents.

 

A l’origine, Java était un langage informatique qui permettait de dynamiser les pages web, tout comme le JavaScript d’aujourd’hui. JavaScript permet d’enrichir le contenu d’une page web à travers des jeux, des chats, des visites virtuelles ou encore des formulaires.

 

Maintenant, Java est aussi et surtout un langage de programmation, très évolué et très puissant, qui permet de développer des applications de toutes sortes. Java est relativement facile à apprendre et sa syntaxe ressemble à celui du C, mais en beaucoup plus simple.

 

En plus de sa facilité, l’avantage de Java est qu’il est portable. Java est disponible sur tous les systèmes d’exploitation tels que Windows, Mac et Linux, mais on trouve également cette technologie dans les téléphones portables sous Android. Cette multiplicité des supports est avantageuse car cela permet aux développeurs de créer un programme et de le faire fonctionner sur plusieurs ordinateurs sans avoir à recréer complètement un nouveau programme.

 

La technologie Java n’est pas primordiale tant qu’on a une utilisation modérée de son ordinateur et qu’on utilise pas des applications qui l’utilise. Si un site web en a besoin pour fonctionner correctement, celui-ci devrait vous en informer et vous demander de l’installer.

 

A noter que cette technologie est connue pour de nombreuses failles de sécurité, notamment à travers des plugins ajoutés aux navigateurs. Ainsi, le logiciel doit être mis à jour régulièrement.

 

Finalement, la technologie Java regroupe aujourd’hui différents standards. C’est une technologie qui offre une grande portabilité entre les systèmes et une certaine facilité dans son utilisation. Il s’agit d’une technologie fortement répandue sur la toile et dans le monde de l’informatique.

 

Article publié le 22/06/2018.

Suivez Consept sur Linkedin